Actualités / Société /
Sofrapain c’est la fin

Le répit pour les 74 salariés de Sofrapain aura été de courte durée. Le Plan de sauvegarde de l’emploi mis en place fin 2013 faisait craindre la fermeture du site. Fin août, les lignes de production s’arrêteront définitivement. 

La logique de groupe l’a emporté. Sofrapain, filiale de Nutrixo (1), va fermer cet été les portes de l’usine historique implantée chemin de Catupolan à Vaulx-en-Velin, supprimant du même coup 74 emplois. Tandis que les salariés parlent de résultats positifs, le groupe met en avant les pertes cumulées depuis 2010.

Nutrixo dirige depuis 2009 l’entreprise Sofrapain qui fut l’une des premières boulangeries industrielles françaises (créée en 1969). Le groupe a décidé en avril dernier du sort de l’usine vaudaise ainsi que de la mise à l’arrêt de l’une des trois lignes de production de son unité de Trappes (Yvelines).

Depuis l’ouverture d’une ligne de production à Romans-sur-Isère début 2014 – pour laquelle 27 millions d’euros ont été investis – les ouvriers vaudais craignaient la délocalisation de l’activité et la fermeture de leur usine. A Vaulx, les négociations entreprises avec les différents syndicats ont conduit à un accord majoritaire signé par tous à l’exception de la CFE-CGC. Son délégué reste dubitatif face au discours de la direction. Quand celle-ci affirme qu’à Romans “41 postes en CDI sont actuellement disponibles et ouverts aux salariés de Sofrapain qui vont perdre leur poste”, reste à voir combien de Vaudais iront à Romans. La plupart d’entre eux n’ont guère envie de déménager. Idem pour ceux des Yvelines.

F.M

(1)Nutrixo est un des leaders européens de la meunerie industrielle contrôlé par le groupe coopératif Vivescia. Chiffre d’affaire au 30 juin 2014 : 1,2 milliards d’euros.

110 vues

Commentaires

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Société > Sofrapain c’est la fin