Le comptoir du Bachelard

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Plus de 20 000 oiseaux d’eau à deux pas de Vaulx

Plus de 20 000 oiseaux d’eau à deux pas de Vaulx

Par passion mais aussi pour répertorier les espèces d’oiseaux d’eau, les Naturalistes rhodaniens se réunissent deux week-ends par mois au Grand parc de Miribel-Jonage. Equipez-vous de jumelles, n’oubliez pas une bonne veste et c’est parti pour en prendre plein la vue.

Il est tôt, tout juste 8h30 et les bénévoles de l’association des Naturalistes rhodaniens sont déjà à pied d’œuvre. Malgré les rayons de soleil, le froid est glacial. Une triple couche de vêtements n’est pas superflue. La journée sera longue mais c’est par plaisir que ces amoureux des oiseaux sont présents. Equipés de longues-vues et de compteurs, leur tâche est à la fois simple et pourtant pas évidente : répertorier les oiseaux d’eau du Grand parc de Miribel-Jonage. Car à quelques encablures de Vaulx-en-Velin, des milliers d’oiseaux sauvages élisent domicile pendant l’hiver. Depuis près de quinze ans, l’association assure cette mission d’utilité publique avec ferveur. De mi-août à mi-mars, les bénévoles passionnés se réunissent deux week-ends par mois pour compter canards, foulques macroules, hérons et de nombreuses autres espèces qui trouvent refuge au Grand parc pour la saison hivernale. La patience est de rigueur et, afin de disposer de conditions optimales de visibilité, la présence de soleil et de froid est de mise. Il ne faut surtout pas de mouvements brusques, sinon les oiseaux s’agitent et s’envolent. Là où le profane ne verrait qu’une foule de canards, avec le temps, les naturalistes amateurs distinguent les espèces à vue d’œil. Leur passion est communicative.

“C’est un véritable plaisir, confirment Bernard Barc et Myriam Poncet présidente des Naturalistes rhodaniens.

Cela nous permet de savoir ce qu’il se passe lors des migrations hivernales mais surtout d’admirer de beaux spécimens. Nous participons également au comptage européen des oiseaux d’eau. Nous informons aussi le Grand parc sur la gestion des plans d’eau. Les passages sont aléatoires et dépendent d’un tas de choses. Par exemple de la météo dans le Nord : plus il fait froid, plus les oiseaux descendent ici. Beaucoup de ces oiseaux viennent de Scandinavie et du Nord-Est de l’Europe. D’une semaine à l’autre, la population fluctue. Certaines années, on trouve jusqu’à 70 espèces différentes”. Même si les naturalistes se considèrent comme des amateurs, la technique de leur comptage est aussi fiable que celles des scientifiques. La marge d’erreur est de seulement 15 % en moyenne pour les gros effectifs. Les bénévoles utilisent vingt-trois points de comptage. Une journée type démarre dès 8h30 et se termine aux alentours de 16h.

Samedi 29 janvier, les oiseaux ont répondu présent. Le comptage est impressionnant. Pour preuve : 24 618 oiseaux d’eau ont été répertoriés, soit 24 espèces différentes. Grâce à cette faune variée, le Grand parc fait partie du réseau Natura 2000, un réseau européen de sites naturels ou semi naturels ayant une grande valeur patrimoniale par la faune et la flore exceptionnelles qu’ils contiennent. L’association produit un rapport annuel et ses résultats sont affichés à l’entrée du parc. Les bénévoles seront encore sur le terrain jusqu’au redoux et attendront le retour des oiseaux.

R.C

Pratique : entrer en contact avec les Naturalistes rhodaniens sur http://naturalistes69.free.fr/

Plus de 20 000 oiseaux d’eau à deux pas de Vaulx

Commentaires