Le comptoir du Bachelard

Vaulx-en-Velin > Journal > Actualités > Oufs d’astro, le ciel et l’espace ont leur biennale !

Oufs d’astro, le ciel et l’espace ont leur biennale !

Du 21 au 27 février, la gravité, force qui modèle notre quotidien, est le thème de la première édition d’Oufs d’Astro. Conférences, spectacles, ateliers et parcours découverte, proposent un voyage poétique au cœur de l’astronomie et de découvrir les dernières avancées de la recherche. Un rendez-vous initié par le Planétarium, en collaboration notamment avec la Ville, le musée des Confluences et le CNRS.

En matière de science, la gravité ne l’est pas... grave. C’est même grâce à cette sculptrice de l’Univers qu’on ne joue pas les hirondelles à vingt mètres du sol et que l’on peut laisser notre esprit divaguer les yeux perdus dans l’écume des vagues, sur la plage abandonnés. La première édition d’Oufs d’Astro qui prend donc pour thème la gravité, vient aussi balayer un vieux cliché : les scientifiques, enfermés dans leur blouse blanche et dissimulés derrières d’épaisses lunettes tiendraient des discours énigmatiques teintés d’humour hermétique. “Nous allons en effet vulgariser et populariser l’astronomie et mettre en avant la recherche en Rhône-Alpes”, confirme Patrick Millat, le directeur du Planétarium.

Organisateur avec la Ville, le Musée des Confluences, le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), le Club d’astronomie de Lyon Ampère et l’association Planète sciences Rhône-Alpes, de cette manifestation gratuite qui se tient du 21 au 27 février. L’idée est aussi de faire appel à l’imaginaire, à la poésie et au spectaculaire pour séduire le plus grand nombre. Ce sont donc artistes, chercheurs et astronomes amateurs qui vont se relayer pour populariser l’astronomie, au sens large. En se focalisant sur la gravitation bien sûr, mais aussi en conviant Galilée ou en évoquant les enjeux philosophiques de la recherche.

“Cela fait partie du rôle du chercheur de rencontrer le public”, renchérit Sébastien Buthon du CNRS. Et parfois par le biais de la mise en scène. Pour que les spectacles nous aident à percer les mystères de la science, à commencer par la gravité, force de la nature que nous subissons tous au quotidien... Et qui permet également aux astronomes de faire les malins dans l’espace et façonne notre univers.

Oufs d’Astros intervient aussi à quelques mois du lancement de l’extension du Planétarium. Ouvert en 1995, il accueille quelque 50 000 visiteurs par an et doit devenir le Pôle d’astronomie et de culture spatiale. Une biennale en forme de prélude...

  • Côté spectacles, côté conférences...

Côté spectacles, outre les films du Planétarium, dont la nouveauté “Trous noirs”, six compagnies de danse et de théâtre sont présentes. Et leurs propositions s’adressent à tous les publics. On retrouve du cirque, des performances dansées évoquant l’envol avec Kitsou Dubois ou Le désastre des astres, la première pièce du Vaudais Mounir Othman. De leur côté, les scientifiques proposeront des animations thématiques sur la gravité, de nombreuses conférences dont un cycle “La gravité dans tous ses états” et un parcours découverte où des installations visuelles, sonores et immersives présenteront les laboratoires et instituts de recherche en Rhône-Alpes sur cette fameuse force. Sans oublier la 18e édition des Trophées de robotique au cours de laquelle 25 équipes de la région feront jouer leurs robots à la bataille navale.

  • Un astronaute : Michel Tognini

Faire le zigoto dans une fusée à quelques centaines de kilomètres au-dessus du plancher des vaches, il sait ce que c’est. Et ce que cela fait. Michel Tognini a volé 14 jours à bord de Mir en 1992. Il a remis ça en 1999 en aidant notamment au déploiement du satellite Chandra. Pour Oufs d’Astro, il explique les changements physiologiques provoqués par les vols spatiaux. Par exemple qu’en six mois, l’on y perd 20% de sa masse osseuse. A leur retour sur terre, les astronautes sont donc des “hommes de verre”, se fracturant les os au moindre choc. Samedi 26 février à 17h au centre Chaplin.

  • Prolongations

Une soirée sous les étoiles dans le cadre extraordinaire du théâtre gallo-romain de Fourvière... Voilà ce que propose la Nuit de l’équinoxe, le 12 mars. Le Club d’astronomie de Lyon Ampère vous proposera d’observer le ciel en journée et en soirée. De nombreux autres clubs auront prêté lunettes et télescopes... Sans oublier des ateliers, séances de planétarium itinérant et des jeux qui vous attendront sur place à partir de 14h et jusque tard dans la nuit, si les conditions météorologiques sont favorables. Les organisateurs conseillent tout de même de prévoir une petite laine, un thermos et un siège pliant.

Samedi 12 mars à partir de 14h, du théâtre gallo-romain de Fourvière (Lyon 5e).

  • Un parrain : Michel Casse

Cet astrophysicien n’est pas un astrophysicien comme les autres. Quand ses collègues évoquent Newton et Copernic, lui ne jure que par Rimbaud. Parrain de cette première édition, il propose une conférence basée sur son livre “Lambda ou cosmologie dite à Rimbaud”. Où il montre que la science, toute autonome et rigoureuse qu’elle puisse être, est écrite et pensée par des hommes. Et un homme ne s’affranchit pas de sa culture faite de rêves, de poésie et de langage. Laissons place à l’imagination !

Mardi 22 février à 21h15 au Planétarium.

  • Pratique

Toutes les activités proposées pendant Oufs d’Astro sont en accès libre et gratuit. Nombre de places limité pour les spectacles et les conférences, réservation conseillée. Oufs d’Astro se déroule sur deux sites majeurs de Vaulx-en-Velin : le Planétarium (inauguration, conférences, séances d’astronomie) et le centre culturel communal Charlie-Chaplin (spectacles, exposition, Trophées de robotique)

Planétarium : place de la Nation. Réservation : 04 78 79 50 12. e-mail : stars@planetariumvv.com www.planetariumvv.com

Centre culturel communal Charlie-Chaplin : place de la Nation.

Oufs d’astro, le ciel et l’espace ont leur biennale !

Commentaires